Santé animale

L’aromathérapie : une alternative pour la santé animale (2)

Dans la continuité du dernier article présentant les huiles essentielles, je vais vous indiquer et expliquer quelques règles à respecter pour bien les utiliser. Il existe différents paramètres comme les propriétés, la conservation et la dilution.

Les paramètres à connaître avant l'utilisation des huiles essentielles

Les huiles essentielles sont composées de molécules très importantes d’où leur complexité biochimique. Elles sont non miscibles à l’eau, donc pour les mélanger il faudra utiliser un dispersant (alcool, solubol...).

Elles sont lipophiles, elles passent très facilement la barrière de la peau pour se retrouver dans le sang, les poumons... Pratique pour éviter la voie orale, mais attention aux huiles essentielles contenant beaucoup de cétones, car elles passeront aussi les gaines nerveuses.

Les huiles essentielles doivent être conservées dans un flacon en verre teinté, car si la distillation a bien été réalisée et qu'elles sont à l’abri de l'air, de la lumière et de la chaleur, elles durent plus longtemps, à l'exception des agrumes qui se conservent 2-3 ans en moyenne.

On les utilise en diffusion pour assainir l’atmosphère ou pour le bien-être. Elles sont volatiles alors attention à bien fermer le flacon sinon elles s’évaporeront.

Le nec plus ultra, c'est d'avoir des flacons munis de pulvérisateur afin que l'action soit nette, rapide et précise. Il existe des endroits du corps plus réceptifs que d'autres (ex : ci-contre, les points d'application).Pensez à des moyens de contention lors de la manipulation des animaux. Si vous vous occupez du bas du corps, le moment de la traite peut être opportun, tout dépend de la configuration de votre salle de traite. Le cornadis fera l'affaire. Notons qu’appréciant l'odeur que dégagent les huiles, certains animaux ne bougent pas.

 

Il existe plusieurs dilutions, en général on utilise :

  • 1 % d’HE en cosmétique
  • 3 % d’HE pour la voie nasale, auriculaire ou vaginale
  • 5 % d’HE pour la gestion du stress
  • 7 % d’HE pour la circulation sanguine et lymphatique
  • 10 % d’HE pour une peau sensible ou si les HE sont irritantes (ex: HE de Cannelle)
  • 15 % d’HE pour une action musculaire
  • 20 % d’HE pour une action systémique (on recherche un passage sanguin pour une action générale sur l’organisme)
  • 30 % d’HE pour une action locale puissante
  • 50 % d’HE si on n’est pas sûr de l'utilisation en pur
  • 100 % pour les HE sans risque (ex : HE de Ravintsara, de Lavande, de Bois de rose...)

Il ne faut surtout pas les administrer pures par voie orale, car certaines HE sont agressives pour les muqueuses orales, œsophagiennes et gastriques. On peut les diluer dans de l'huile, du lait, du miel, de l'argile verte, de la crème, des pommades, des gels, du sucre, du shampoing, du dispersant, de l'alcool et enfin des poudres (talc, argile, algues).

Les avantages en élevage des huiles essentielles

Les huiles essentielles ne sont pas réservées aux agriculteurs biologiques, mais utilisables par tous. Il est question d'apprendre à s'en servir en se formant pour ne pas jouer les apprentis sorciers. Les avantages à utiliser les huiles essentielles ne manquent pas :

  • pas de traces résiduelles dans les produits animaux,
  • pas d'accoutumance,
  • solides coéquipières face au plan écoantibio et donc altenatives considérables aux antibiotiques,
  • Les huiles essentielles n'agissent pas seulement sur les paramètres de production, mais aussi sur les attentes sociétales, elles font parties de ces pratiques dîtes "alternatives" qui s'accordent de plus en plus avec l'éthique des consommateurs, mais aussi avec l'environnement et les autres acteurs de l'agriculture.

Pour aller plus loin :

 

Lucille LUTUN,

Stagiaire chargée des médecines alternatives au GABNOR.