Santé animale

Le kéfir : un lait d’avenir

Originaire du Caucase, le kéfir est une boisson réputée pour ses bienfaits thérapeutiques. Excellent pro biotique, il est crée à partir de la fermentation du lait et reconnu pour ses propriétés purifiantes et digestives, il participe au rétablissement de la flore intestinale, fortifie le système digestif, stimule le système immunitaire et fait barrière à l'inflammation. Cette boisson qui a plusieurs siècles est remise au goût du jour et forme une alternative préventive très intéressante à utiliser en élevage.

Le kéfir de lait, qu'est-ce que c'est ?

Le kéfir est une boisson fermentée, fabriquée traditionnellement en utilisant le lait. Il est fabriqué en ajoutant du kéfir au lait sous forme de « graines ». Ces graines sont en fait des cultures de levure et de bactéries lactiques. Les microorganismes se multiplient dans celles-ci et fermentent le sucre contenu dans le lait, le transformant ainsi en kéfir. Les microorganismes vont envahir le tube digestif et créer une barrière intestinale qui limitera le développement des autres germes. Ensuite, les graines seront enlevées du liquide et peuvent être réutilisées. Le kéfir c'est la boisson, mais les graines de kéfir sont l'étape obligatoire pour la produire. Les bactéries transforment le lactose contenu dans le lait en acide lactique, c’est pourquoi le kéfir a le même gout que le yaourt.

Le kéfir contient une grande variété de composés bioactifs, y compris des acides organiques et des peptides qui contribuent à ses bienfaits sur la santé.

Des versions de kéfir sans produits laitiers peuvent être fabriquées avec de l’eau de noix de coco, du lait de noix de coco ou du jus de fruits. Ils n’auront pas le même profil nutritionnel que le kéfir à base de lait.

Le kéfir est utilisable sur les bovins, équins, ovins, caprins, porcins et volailles.

Le kéfir peut s'utiliser sur différents paramètres :

  • Sur les animaux, dès leur naissance et aux périodes stratégiques afin de stimuler et de préparer leur immunité
  • Sur les litières dans le but d'amener un microbisme supplémentaire et que les vaches se défendent naturellement
  • Sur les aliments pour améliorer leur conservation (ex : foin, enrubannage et ensilage)

Fabrication du kéfir maison

Il existe 2 types de kéfir : kéfir de lait (développement avec du lait) et kéfir de sucre (développement avec de l’eau sucrée). Pour débuter, il est nécessaire de s’approvisionner en grains de kéfir.
  Kéfir de lait Kéfir de sucre
Base 5 g kéfir + 2 litres de lait 5 g kéfir + 2 litres d’eau + 80 g sucre
Durée 3 jours à 20°C
Renouvellement Prélever maximum 1/3 du mélange (soit 33 ml/litre de kéfir) et compléter avec une quantité équivalente de lait ou d’eau sucrée au fur et à mesure de la consommation
Mettre la « base » dans un récipient en verre muni d’un couvercle. Laisser à température autour de 20°C pendant minimum 3 jours, voire une semaine en mélangeant de temps en temps. Au bout d’une semaine, le pH peut descendre à 3,5. Pendant les périodes d’utilisation de la solution, prélever les grains du mélange de base puis. Répéter l'opération pour continuer et conserver la culture du kéfir. Après chaque prélèvement, compléter le mélange avec une quantité équivalente d’eau sucrée en respectant toujours les proportions : 40 g de sucre pour 1 litre d’eau tiède. Pendant les périodes où la solution n’est pas utilisée, nourrir la solution chaque semaine avec 40 g de sucre / litre de kéfir. Les germes de kéfir lactique se multiplient et peuvent alors être partagées avec d’autres personnes. Pour une première utilisation, il est possible d’acheter ces graines dans les magasins bio par exemple.

Les bienfaits du kéfir

  1. Le kéfir est un pro biotique plus puissant que le yaourt

Certains microorganismes ont des effets bénéfiques sur la santé quand ils sont ingérés. Le yaourt est l’aliment pro biotique le plus connu dans l’alimentation, mais le kéfir en est une meilleure source. Les graines de kéfir contiennent environ 30 souches de bactéries et de levures, formant ainsi une source très riche de pro biotiques. Les autres produits laitiers fermentés sont fabriqués avec beaucoup moins de souches, et ne contiennent pas de levures.

  1. Le kéfir possède des propriétés antibactériennes puissantes

Certains pro biotiques dans le kéfir protègent contre les infections. Ceci comprend le pro biotique Lactobacillus Kefiri, qui est propre au kéfir. Les études montrent que ce pro biotique peut inhiber la croissance de certaines bactéries pathogènes comme la Salmonelle et E. coli.

  1. Le kéfir peut améliorer la santé des os

Pour ralentir la progression de l’ostéoporose,  un apport calcique est l’un des moyens les plus efficaces pour améliorer la santé osseuse et. Le kéfir fabriqué à partir de produits laitiers entiers et est non seulement une bonne source de calcium, mais aussi de vitamine K2. Ce nutriment joue un rôle important dans le métabolisme du calcium. De récentes études sur les animaux ont démontré que le kéfir peut augmenter l’absorption du calcium par les cellules osseuses. Cela mène à une amélioration de la densité osseuse, ce qui devrait aider à prévenir les fractures.

  1. Les probiotiques qu’il contient peuvent aider dans plusieurs problèmes digestifs

 Les kéfirs sont un bon exemple de source naturelle de probiotiques pour enrichir la flore
intestinale. Ils contiennent des lactobacilles, des streptocoques lactiques et des levures. On peut préparer
des Képhirs de lait pour la substitution partielle ou totale de l'alimentation des veaux de la naissance au
sevrage afin de faciliter la formation du caillé et la digestion. De plus, en consommant l'excès de glucose,
les micro-organismes présents dans le képhir améliorent le fonctionnement du système immunitaire. Le
képhir de lait a une grande souplesse d'utilisation, sa fermentation peut se produire entre 5 et 30°C en 12 à
48 heures. Le képhir peut également être utilisé sur les litières pour restaurer l'équilibre microbien à raison
de 500g pour 5 litres d'eau sur 300 à 400 m2 (le produit doit ressembler à du yaourt pour être bon et efficace).
On peut s'en procurer en pharmacie par exemple sous la marque Yalacta.
Relation entre litière souillée et azote soluble de la ration :

  • La quantité d’urée (azote soluble non protéique) ne devrait pas dépasser 250 à 300g/l de lait tout en
    sachant qu’un pic à 300g quand les VL sont à l’herbe de printemps est normal.
  • Les protéagineux sont riches en N soluble => 1 kg de pois/jour = bonne quantité
  • Les légumineuses sont parfaitement adaptées puisque l’azote y est sous une forme intermédiaire entre
    celle des protéagineux et celle des tourteaux

Pour aller plus loin :

Lucille LUTUN,

Chargée de projet médecines alternatives au GABNOR.