Filières

Productions animales

Le principal système d'élevage biologique en Nord-Pas de Calais est l'élevage laitier.

Pour faire face à la demande croissante de lait biologique, certaines laiteries sont à la recherche de nouveaux producteurs avec des perspectives de valorisation intéressantes.

SE CONVERTIR : UN PROJET GLOBAL

Pour être un succès, la conversion à l’agriculture biologique ne s’improvise pas. Elle nécessite, outre une forte motivation, une étude de faisabilité approfondie et l’acquisition de nouveaux repères techniques. Lorsque le système de départ est désintensifié ou tout herbe, la conversion n’entraîne pas de fortes modifications structurelles. Le passage en bio d’un système intensif est plus complexe.

Un diagnostic préalable (parcellaire, bâtiment, cheptel, diagnostic technique et économique) permettra à l’éleveur de baliser avec précision le cheminement au plan technique, économique, structurel et financier.

ADAPTER LA CONDUITE DU TROUPEAU AU SYSTEME FOURRAGER

La limitation de l’ensilage et de l’enrubannage, la volonté de maximiser le pâturage et de limiter les concentrés entraîne des performances animales plus modérées. Les niveaux de production seront de l’ordre de 4500 à 7000 litres lait/vache laitière. La conduite du troupeau devra être adaptée.

Pour en savoir plus sur les principes menant à l'autonomie fourragère en élevage bio, n'hésitez pas à consulter notre brochure "Autonomie Alimentaire" et à évaluer votre autonomie en utilisant l'outil construit par les techniciens du projet VETABIO : cliquez ici pour le télécharger.

BATIR UN SYSTEME FOURRAGER AUTONOME BASE SUR L’HERBE

La surface accessible aux vaches laitières préconisée varie suivant le contexte de 40 à 60 ares par vache laitière. L’emploi de mélanges graminées/légumineuses est recommandé pour maintenir une bonne productivité des surfaces sans engrais de synthèse.

L’absence d’azote minéral, la recherche d’autonomie entraînent des niveaux de chargements plus bas de l’ordre de 1,1 à 1,3 en zones à potentiel limité et de 1,4 à 1,8 en zones à bon potentiel.

METTRE EN PLACE DES ROTATIONS AGRONOMIQUEMENT EQUILIBREES

Lorsqu’il y a des cultures, la maîtrise des adventices et la fumure azotée reposent sur la mise en œuvre des rotations qui font alterner des cultures fourragères à base de légumineuses et des cultures céréalières ou maïs. L’utilisation des effluents d’élevage souvent compostés et les techniques de désherbage mécanique (herse étrille, binage, buttage) font partie des itinéraires culturaux.

DES REFERENCES TECHNICO - ECONOMIQUES

La conversion entraîne une réduction de la surface en cultures donc du "produit cultures" au bénéfice des produits de l’élevage avec les plus-values sur le lait, la viande et les cultures.

Depuis quelques années nous disposons de références technico-économiques qui nous permettent de réaliser des études de faisabilité et de viabilité des projets.

Lait

En 2015 ; la région compte 72 producteurs de lait biologique (57 dans le Nord et 15 dans le Pas de Calais). C'est dans les zones herbagères que la production est la plus développée (Haut Pays d'Artois et Avesnois).

25% du lait biologique français est transformé dans les Hauts-de-France, principalement en lait UHT sous grandes marques et marques distributeurs.

L’intégralité du lait biologique produit en région est valorisé en bio.

La collecte du lait biologique (environ 20 millions L/an) est assurée par trois opérateurs : la SAS BIOLAIT (sur le 59 en accord avec la SODIAAL), les coopératives UCANEL (59) et Lact’Union (80) en accord avec la Prospérité Fermière. Tous sont à la recherche de nouveaux éleveurs pour satisfaire la demande.

Viande

La viande bovine biologique en région Nord Pas de Calais est valorisée par la CEVINOR, UNEBIO ou des marchands privés. La vente directe est aussi pratiquée par bon nombre d’éleveurs.

La majorité de la production de viande bovine est issue des troupeaux laitiers. Pour autant, la région comptabilisait 736 vaches allaitantes en bio et conversion.2015 a été une année de développement puisque 15 nouveaux producteurs ont entamés une conversion avec un total de 326 vaches.

Œuf

Les Hauts-de-France font partie des régions de France les plus importantes en production d’œufs biologiques pour la filière longue et la vente directe. En 2015, la région Nord-Pas-de-Calais comptabilisait 116000 poules biologiques.

97% de cette production sont vendus en filière longue par 18 éleveurs. Le reste est vendu en vente directe.  

En 2017, on compte 5 opérateurs de collecte des œufs : COCORETTE, GALINE FRAIS, ETS CARTON, ETS LEMIRE, CDPO. Ils sont tous à la recherche de nouveaux producteurs pour satisfaire la demande.

Vos référents en productions animales

Contacter